Les bienfaits des acides gras Oméga 3


Pourquoi l’industrie agro-alimentaire enrichi-t-elle de nombreux produits en Oméga 3 ? Par ce que nous en manquons dans notre assiette! Quelles huiles choisir pour des apports optimaux ?

Les Oméga 3 sont des acides gras dits essentiels car l'organisme humain ne sait pas les synthétiser et ils sont indispensables pour une bonne santé : maintien d'un taux normal de cholestérol, bon fonctionnement du cœur, action anti-inflammatoire voir anti-tumorale, normalisation de la tension artérielle, optimisation de la mémoire, de l’humeur, de la vue…

Ils doivent donc être apportés par notre alimentation et nous devons bien choisir nos aliments en contenant, les huiles végétales en particulier, pour atteindre les besoins.


2 types d'Oméga 3


On trouve 2 types d'Oméga 3:

  1. Origine végétale, essentiellement dans les graines et les huiles végétales que sont (par ordre décroissant de richesse en Oméga 3, les huiles de lin, de colza, de soja, de noix.
  2. Origine marine, dans les poissons « gras » comme le thon, le saumon, le maquereau, la sardine, les harengs, les anchois. Ces poissons sont une excellente source d'Oméga 3. Ils contiennent en effet environ 7 fois plus d'Oméga 3 que d'Oméga 6.

Les poissons ne fabriquent pas eux-mêmes ces acides gras, seules les micro algues qu’ils ingèrent en sont capables. Les poissons d'élevage qui ne sont pas nourris avec ces micro algues contiennent donc moins d'Oméga 3.


Quelle quantité d'Oméga 3 consommer ?


Des études épidémiologiques, comme l’étude SUVIMAX, ont constaté que la consommation d’Oméga 3 était insuffisante en France. Les apports sont inférieurs de 50% à 80% aux apports nutritionnels conseillés qui sont de 2g par jour. Cette étude a révélé que le rapport Oméga 3/Oméga6 était de 1/20 au lieu des 1/5 recommandés.

De récentes campagnes de communication, les pouvoirs publics et les nutritionnistes recommandent d'augmenter notre consommation d’Oméga 3, l’industrie agro-alimentaire quant à elle enrichi de nombreux produits en Oméga 3.

SUVIMAX signifie Supplémentation en Vitamine et Minéraux Antioxydants. Il s’agit d’une étude lancée le 11 octobre 1994 qui constitue à son terme une source d’informations précieuses sur la consommation alimentaire des français et leur état de santé. Les conclusions rendues officiellement au début de l’été 2003 ont démontré l’importance du rôle des antioxydants dans la prévention des cancers

Nous ne parlons pas ici de régime, mais d'apports nutritionnels essentiels. N'hésitez donc pas à vous faire plaisir en variant les recettes riches en Oméga 3, notamment autour des poissons. A titre d'exemple, une portion de sardines ou de maquereaux couvrira votre besoin journalier.


Bon à savoir


Le chauffage des huiles végétales altère la teneur en Oméga 3 il est donc préférable de les consommer crues.

La congélation des poissons ne doit pas dépasser 1 mois, au-delà leur teneur en Oméga 3 diminue.

Les processus de fabrication des conserves n’altèrent pas la teneur en Oméga 3. Les sardines à l’huile d’olive, maquereaux et autres poissons que l'on trouve en conserve sont donc riches en Oméga 3. Une piste de plus pour augmenter vos apports tout en dégustant de bonnes conserves de produits de la mer !


Pour obtenir 1,3 g d'Oméga-3 d'origine végétale (AAL) Pour obtenir 1,3 g d'Oméga-3 d'origine marine (AEP+ADH)
1/2 c à café (2 ml) d'huile de lin 50 g de maquereau de l’Atlantique
2 c à café (10 ml) de graines de lin broyées 65 g de saumon Atlantique d’élevage
2 c à café de graines de chia 80 g de saumon rose ou rouge en conserve
1 c à soupe (15 ml) d'huile de colza 80 g de hareng de l’Atlantique ou du Pacifique
1/4 tasse (60 ml) d'huile de noix 130 g de thon blanc ou germon en conserve
1 1/2 c. à table (22 ml) d'huile de soja 130 g de sardines en conserve
13 g de graines de chanvre

D'autre part, il est important d'avoir un bon équilibre entre Oméga-3 et Oméga-6.

Nous n'avons pas parlé des Oméga-6 car ils sont très abondants dans notre alimentation et il est impossible d'en être carencé aujourd'hui. Cela parce qu'ils sont présents dans les huiles de tournesol, de pépins de raisins, de maïs massivement utilisées dans l'alimentation moderne, mais aussi dans les céréales, les viandes ou les produits laitiers. C’est pourquoi je vous déconseille d’utiliser ces huiles afin de diminuer vos apports en Oméga 6, tout en augmentant vos apports en Oméga 3 en utilisant les bonnes huiles citées plus haut


Comment enrichir son menu type en Oméga 3 ++ :


Repas Aliments sains Aliments préférés
Petit déjeuner : 15g de beurre 15g de beurre Saint Hubert Ω3
Déjeuner : Haricots verts Epinards
Poulet Lapin
Huile de pépins de raisin Huile de noix
Dîner : Huile d’olive Huile de colza
Laitue Mâche
Colin Saumon
Ω3 = 0,9g 2,4g

Pour finir


Huiles à consommer crues : olive, colza, noix, lin

L’huile d’olive reste bien-sûr une bonne huile, reconnue pour ses bienfaits dans le régime méditerranéen, mais pauvre en Oméga 3, il faut la mélanger et faire des « cocktails d’huiles ».

Huiles à éviter: tournesol, pépins de raisin, huiles mélangées, type Isio4, qui contiennent encore trop d’huile de tournesol. L'huile d'arachide peut dépanner pour quelques rares fritures!

Bon appétit!


Dr Armelle Marcilhacy
Médecin Nutritionniste


Pour vous abonner à ma newsletter, cliquez ici


Si vous avez des commentaires, des questions ou souhaitez me contacter n'hésitez pas à m’écrire à docteur@marcilhacy.net